Koboué l'origine du monde

23 jours à partir de € sur place

12 jours de randonnée dont 10 jours de randonnée chamelière.

Voyage d’expédition au cœur du Massif de l’Ennedi. Cet itinéraire nous plonge loin dans les entrailles de grés vers le Sahara vert, les anciens pâturages et les  forêts galeries qui abritaient une faune abondante et des réserves en eau qui semblait inépuisable.  Les lacs d’Ounianga, plus grande surface en eau douce du Sahara semblent le confirmer. C’est un voyage qui regarde l’avenir et qui parle du passé, un immersion dans l’histoire du désert.

Les point forts

  • la guelta d’archei et les arches monumentales
  • les sources d’Archéi à Maya
  • le gouffre de Koboué
  • les lacs d’Ounianga
Jour 1
Vol France / N'Djamena

Arrivée à N'Djamena en fin de journée. Accueil à l'aéroport par votre accompagnateur Transfert à l'hôtel

Repas : libres.
Hébergement : Hôtel

Jour 2
N'Djamena - Abéché

Longue route pour Abéché. Stop déjeuner à Mongo capitale du Guéra, passage ensuite à Abéché. Nous passons la nuit chez Oum Zara responsable de l’ONG SOS Tchad et qui s'occupe d'un orphelinat.

Transfert : 11 heures
Diner et déjeuner
: compris.

Hébergement : maison d’hôte

Jour 3
Abéché-Ouadaï- Kalaït - Bachikélé

Traversée des grands espaces vides, de ce désert extrême, dernière ville étape : Kalaït et nous arrivons sur les contres-forts de l’Ennedi. Fin de cette longue route. Les beautés du désert tchadien nous accueillent. Repas de midi dans un restaurant local. Bivouac au pied de l’arche Djoulia.

Transfert : 8 heures
Hébergement : bivouac dans les sables
Déjeuner et diner : compris

Jour 4
Bachikélé - Aloba - Tokouloula

Excursion dans l’oasis de Bachikélé. ATTENTION aux photos, même des dromadaires, les Zagawa qui vivent ici sont très réticents aux photos, ils peuvent être extrêmement agressifs si vous photographiez les troupeaux ou les enfants sans leur accord !!!
L’oasis de Bachikélé est l'un des miracles qui jalonnent cet itinéraire. Une merveille d’adaptation à côté de laquelle on se sent minuscule. Cette guelta abrite des espèces végétales et animales qui ont survécu en se transformant et se réfugiant dans cette niche écologique.
En 4x4 nous traversons ensuite la vaste plaine pour remonter vers le massif de Baména et découvrir, au pied du mont Aloba, une arche immense. Repas de midi sous l’arche.
Nous longeons ensuite le massif vers l’ouest à travers des défilés, des arches, (Chinéké, arche Koki) pour aller bivouaquer vers Tokouloula « l’arche éléphant » dans un massif aux crêtes dentelées, qui le soir ne manquera pas de prendre des formes fantasmagoriques.

Randonnée : 4 heures
Hébergement : bivouac
Transferts :  saut de puce en 4x4x :3 heures

Jour 5
Toukou - Grand Riparo – Archeïè-Ohio

Petite balade matinale par un canyon sinueux jusqu’au puit de Toukou (attention aux photos... Nous vous rappelons que d'une façon générale, les gens n’aiment pas être pris en photo surtout les femmes. Puis nous repartons en longeant le wadi Archeï rive droite vers la grotte aux peintures dite « la grande riparo ou grotte des italiens ». Arrivée aux abords de la guelta. C'est en grimpant vers le promontoire, où nous pouvons observer , si la chance est avec nous les derniers crocodiles du désert.
Nous revenons pique-niquer dans le canyon d'Arceï. Nous pénétrons entre les falaises vers les eaux noires où s'abreuvent les chameaux. En début d'après-midi, nous poursuivons en 4x4 pour découvrir une autre beauté géologique exceptionnelle, le Labyrinthe d’Ohio. Bivouac au labyrinthe d’Ohio

Transfert : 2 heures
Randonnée: 2 à 3 heures
Bivouac  

Jour 6 à jour 14
Chéro –Herero - Maya - Koboué

Saut de puce en 4x4en en passant par Chero jusqu’à départ de l'expédition chamelière. Là nous déchargeons les véhicules, pour batter les chameaux avec nos bagages, la nourriture et l'eau nécessaire à notre expédition. Notre objectif est d'atteindre le gouffre de Koboué ! Durant ces 9 jours de marche, nous parcourons les sites exceptionnels de l'Ennedi, des ensembles de guelta qui se nichent dans les creux du plateau rendant la vie possible. Ces niches écologiques racontent l’histoire d’un Sahara vert, vestige de l'autre temps, celui que nous racontent les peintures. Descente dans le gouffre de koboué, dans une véritable forêt galerie habités par les babouins.

Randonnée: 6 à 7 heures par jours
Repas : d’expédition préparer avec notre cuisinier
Bivouac 

Jour 15
Koboué

Nous restons encore la journée pour profiter de cet univers unique (temps de sécurité également). Possibilité de monter sur le plateau pour avoir une vue plongeante sur Koboué (400 m de dénivelé environ), découverte de la faune furtive qui vit ici (babouin, daman, mouflon), possibilité de se baigner dans les eaux froides des gueltas. Bivouac à la sortie du gouffre vers les gorges de la werta. .

Randonnée : 5 heures
Bivouac 

Jour 16
Les gorges de la Werta - Tebi

Nous traversons les gorges de Werta, paradis du mouflon à manchette. Il y a quelques années encore pâturaient ici les adax (en cours de réintroduction). Nous pouvons quelques fois apercevoir des gazelles, nombreux chacals, fennecs et parfois des lièvres.
Nous quittons notre caravane à la sortie des gorges et retrouvons les véhicules 4x4 pour continuer notre expédition à travers le nord du Tchad. Visite aux autorités et au chef de canton de Tebi, une démarche de courtoisie et obligatoire mais qui nous permet de bien comprendre les us et coutumes des habitants du désert.

Transfert : 3 heures
Bivouac

Jour 17
Tebi - Dépression du Mourdi - Démi - Téguédeï –Ounianga serir

Nous poursuivons à bord de nos 4x4.
Après avoir traversé les dunes du Mourdi, barkhanes courtes qui se déplacent très rapidement avec les vents, nous poursuivons par Démi où un sel rouge est extrait du sol et transporté sur les chameaux vers le Soudan. A Teguédeï, le sel est extrait des eaux saumâtre du petit lac . Nous nous installons au dessus de l'ensemble des lacs d’Ounianga Serir.

Transfert : 7 à 8 heures
Randonnée : 1 heures

Jour 18
Ounianga Sérir- le Mourdi

Ounianga Sérir est vaste complexe de 14 lacs dont le célèbre lac Bokou aux eaux douces peuplées de poissons et couvertes de roselière (baignade possible).. Les férus d'ornithologie observeront l'échasse blanche, le canard du Cap ou encore la sarcelle marbrée. Les lacs sont une étape importantes pour les oiseaux migrateurs. À la nuit tombante, on entend les cris des chacals dorés qui se rassemblent pour leur chasse. Ces lacs sont la relique d'un immense paléo-lac qui existait lors de la dernière période humide du Sahara, il y a 8 000 ans. Ils sont alimentés par plusieurs sources d'eau douce et tiède (aux environs de 32°C) et suffisamment abondantes pour maintenir les cuvettes remplies malgré la faiblesse des précipitations et une évaporation parmi les plus fortes au monde. Ces sources permettent aussi aux villageois de s'alimenter et d'arroser de petits jardins mis en culture sous les palmiers.
Nous reprendrons la route des vastes plaines du centre tchadien , vers Birh Kora, sinistrement célèbre pendant les guerre tchado libyque. Nuits aux creux d’une barkhane ou déjà vers les contreforts occidentaux de l’Ennedi.

Transfert : 5 à 6 heures
Randonnée : 2 à 3heures
Bivouac

Jour 19
Fada- Gaora halanaga

Nous longeons les falaises gréseuses pleines de surprise pour regagner Fada. Ravitaillement au marché et nous nous descendrons tranquillement vers Gaora Halagana « la grotte des jeunes » pour un bivouac entre sable et roche.

Transfert : 4 à 5 heures
Bivouac

Jour 20 et 21
Kalaït -Bat’n djéné- Mousorro

Traversée des grands plateaux , plat à l’infini, passage à kalaït puis on replonge dans ces immensités entre Sahara et Sahel pour arriver « au ventre du paradis » Bata’n Djéné. Les pistes se poursuivent en plein sahel jusqu’à Moussoro, capitale des Kréda. Nuit dans la brousse

Transfert : 8 à 9 heures par jour
Bivouac

Jour 22
Moussoro - N'Djamena

Nous traversons Moussoro, puis rejoignons Massakouri, qui marque le début du goudron. Nous rejoignons N'Djamena en début d’après midi. Douche à l'hôtel, diner, avant de rejoindre l'aéroport pour un embarquement tardif. (suivant les horaires de vol et les compagnies)

Transfert : 8 heures
Hébergement : hôtel
Déjeuner : compris
Diner : libre

Pas de voyages
Voyages
Dates
État
Nb places
Places réservées
Places en option
Places disponibles
Réservation
Prix du voyage : Nous consulter

Niveau du voyage

Tous nos circuits au Tchad sont des voyages engagés, qui demandent une participation active des voyageurs pour le bon déroulé des randonnées et de l’organisation des bivouacs. Aucune compétence technique n’est nécessaire mais une bonne résistance à la vie en bivouac et aux longs trajets de route est indispensable pour bien apprécier votre voyage.
Les randonnée sont généralement de 6 à 9 heures, niveau soutenu, avec du temps pour observer et flâner entre les massifs, au grés des peintures rupestres et de la rencontre des habitants de l’Ennedi (au puits notamment).

Nombre de participants

4 à 12 personnes

Hébergement

A N’djaména nous utilisons des hôtels 3 Etoiles, confort, type chez Wu ou le Chari (ancien Novotel)
En brousse, toutes les nuits se déroulent en bivouac. Parfois à l’abri d’un massif gréseux et le plus souvent dans des zones sablonneuses, les bivouacs ponctuent les étapes de transferts parfois longues. La sobriété du confort et les restrictions d’eau pour la toilette rendent les conditions particulières au voyages Sahariens. Les lieux de bivouacs sont choisis pour leurs beautés et leurs conforts suivant les conditions météo. La participation à l’installation du bivouac est une règle de vie dans le désert, elle est évidente et un moment de partage agréable, (déchargement des bagages, du matériel, montage de votre tente et installation de votre matelas).
Dormir à la belle étoile: c’est ce que nous vous conseillons, car il n’y a pas d’autre lieux dans le monde où nous pouvons juste poser une natte et un matelas et s’endormir sous la voute céleste. Il n’y a pas  de poussière, d’insecte et d’humidité dans l’air et au sol.
Toute fois il est possible de croiser des scorpions et des serpents (très rare en hiver). La vigilance est de mise sans affolement : sacs fermés le soir, chaussures rentrées dans les sacs et taper ses chaussures avant de les remettre,  bien repérer les lieux avant d’installer votre couchage.
Nous mettons à votre disposition des matelas et une natte individuelle. Les repas se prennent sur une grande natte non loin du feu avec les matelas mis en arc de cercle.
Sur l’itinéraire, aux points d’eaux, des haltes sont prévues pour la toilette complète, votre guide vous en informera pour que vous ayez vos affaires de toilette dans votre sac de journée.
Possibilité de louer une tente deux places au tarif forfaitaire de 40 €/séjour. Obligation de la réserver avant votre départ auprès de votre agence.

Les repas

Sur la route, nous nous arrêtons dans des restaurants locaux, où nous trouvons des plats à base de sauce tomate ou combo (sauce rouge, sauce longue), la traditionnelle boule de mil (le hech), poulet grillé , mouton grillé, oranges, bananes, avocats et mangues lorsque c’est la saison. La nourriture est bonne et saine même si les lieux nous semblent parfois un peu rudimentaire.
Pendant les circuits, les repas sont préparés par un cuisinier/re qui vous accompagne durant tout le circuit et qui se mettra en quatre pour agrémenter les repas.
La cuisine est donc une nourriture d’expédition à base de produits secs, de conserves et de produits frais qui se conservent, en fonction des possibilités de ravitaillement.
On retrouve beaucoup de féculents (pâtes, riz, lentilles, pomme de terre, semoule…) nécessaires pour les circuits en randonnée, mais aussi de la viande, grillée ou  cuisinée en sauce avec des légumes.
Une à deux  fois par circuit, selon la possibilité d’approvisionnement, nous achetons une chèvre ou un agneau qui sera ensuite préparé pour la conservation de quelques jours ou bien grillé le soir même.
La participation à l’élaboration du repas est un véritable moment de partage et de convivialité. Les repas sont pris sur des nattes et matelas mis en arc de cercle. Suivant les demandes nous pouvons fournir tables et chaises pour les expédition 4×4 ou des lits picots.
Apporter avec vous des barres de céréales ou compléments énergétiques, mais aussi du fromage ou de la charcuterie et vos bouteilles préférées pour les apéros, en plus des dattes locales du bidi (pate de datte et d’arachide) ou des arachides grillés. Dans les villages du sud ou à Faya, Fada ou Abéché, il y a possibilité d’acheter de la bière locale(la gala). Partout sur le trajet nous trouvons des sodas ou de l’eau minérale dans les localités traversées. .

Nous trouvons de l’eau potable en plusieurs points du circuit, au puit, dans les gueltas et votre guide vous informe de sa qualité. Toutefois il est impératif de traiter votre eau au « micropur » ou équivalent. Chacun doit traiter personnellement son eau. Pour une optimisation de la gestion de l’eau, prévoir deux gourdes dont la contenance est idéalement d’un litre.
L’eau pour boire, ne vous sera jamais restreinte, en revanche, nous remercions chacun d’en user le strict nécessaire pour sa toilette. Au Sahara l’air est sec et on ne transpire pas. Le sable coule sur la peau et nous n’avons pas le sentiment de crasse que nous pouvons avoir après une journée passée en ville. Dès que possible, autour des gueltas ou d’un puit nous organisons des pauses pour une toilette complète.

Accompagnement

Accompagnement local francophone, tout au long du parcours, et chauffeur Tchadien.

Nos accompagnateurs tchadiens ont tous été formés au début des années 2010, lorsque le tourisme tchadien écrivait ses premières pages. Même s’il n’existe aucun diplôme touristique  d’état, nos guides ont une parfaite connaissance de leur région, de leur environnement et de leur culture. Ils maitrisent parfaitement la langue française. Les quelques formations théoriques ont vite été assimilées et c’est le terrain et la longue expérience des accompagnements de ces 10 dernières années, qui leur a conféré leur expérience.

Les cuisiniers et cuisinières sont originaires du Sud du Tchad. Ce sont des trésors d’info sur l’autre partie du pays et  de part  leurs expériences ils connaissent nos manies, nos besoin d’hygiène pour l’élaboration des repas. Ils sont toujours disponibles et à votre écoute en cas d’allergie, de diabète ou de régimes particuliers.

Le voyage en randonnée chamelière :
Voici comment se déroule, en principe, une journée de randonnée chamelière :
Réveil avec le lever du jour, puis petit-déjeuner. Bouclage des sacs et préparation des charges. Pendant que les chameliers s’occupent de charger les bêtes, nous nous mettons en route avec le guide-accompagnateur. Les voyageurs marchent à pied. Les bagages sont transportés par des chameaux de bât. Vous n’avez à porter dans votre sac à dos que les effets indispensables pour la journée (pull, chapeau, lunettes de soleil, crème solaire, gourdes, appareil photos), ainsi que quelques vivres de marche et, exceptionnellement, un petit casse-croûte collectif. Arrêt de midi : repas froid. Reprise de la randonnée en milieu d’après-midi. Arrivée au bivouac en fin d’après-midi.
Un ou deux chameaux de secours sont prévus en cas de fatigue, malaise ou maladie, et ne seront employés que dans ces cas. Si vous êtes en forme, vous ne devez pas compter faire une partie des étapes à chameau.

Transport

Une ligne de bus, confort, relie N’djaména à Mongo et Abéché, nous l’utilisons souvent.
Les transferts en 4×4( 4 à 5 passagers avec leurs bagages).
Le mauvais état des pistes et l’absence de route rendent les temps de route longs et endurants mais ces trajets sont la seule solution pour découvrir des lieux exceptionnels !
N’oubliez jamais : en Afrique, on sait à peu près quand on part, mais on ne sait jamais à quelle heure on arrive. Cela fait partie intégrante du voyage et de ceux-ci particulièrement au Tchad. Comme parfois ailleurs, la ponctualité n’est pas toujours respectée. Il faut le savoir et l’admettre.
Et bien sûr, les pannes de voiture et crevaisons font partie intégrante de ce type de voyage ! Tous le véhicule sont contrôlés et révisés avant le départ, mais les aléas de la mécanique et de la route… Soyez patient… de toute façon une solution est toujours trouvée.
Certaines étapes sont longues et essentiellement passées à bord des véhicules. Mais la route fait partie intégrante du voyage, et cette traversée lancinante contribue au sentiment d’éloignement et de bout du monde, nous allons loin à l’intérieur du désert, vers des lieux reculés, purs et vierges.

Les chameaux transportent tout le matériel pendant la traversée jusqu’à Koboué, mais ils ne peuvent pas descendre dans le gouffre. Aussi il y aura une nuit sans les chameaux, nous portons alors le matériel et la nourriture pour le bivouac du soir et le pique nique du lendemain midi où nous retrouverons nos chamelier s dans les gorges de Werta.

Bagages

Nous vous recommandons de prendre un bagage principal et un bagage à main pour le quotidien :
Bagage principal : un sac de voyage souple « banane » ou un sac à dos est nécessaire pour facilité le  rangement dans les véhicules. C’est le sac qui voyage dans la soute de l’avion. Pendant le voyage, il contient les affaires que vous n’utilisez pas pendant la journée. Transporté par les véhicules, vous le retrouverez le soir à votre hébergement.

Bagage à main : un petit sac à dos de randonnée est indispensable. Pendant le voyage, ce sac contiendra les affaires que vous porterez pour la journée : gourde, appareil photo ,casquette etc. Choisissez-le suffisamment grand pour pouvoir y contenir le pique-nique lors de certaines étapes.
C’est le sac que vous emportez avec vous dans la cabine de l’avion. Il peut être utile d´avoir avec soi de quoi « survivre » pendant quelques jours à l’arrivée, au cas où le bagage en soute s’égare : chaussures de marche, nécessaire de toilette, médicaments et quelques vêtements de rechange

Électricité

La plupart des prises sont identiques aux fiches Européenes et délivrent du 220 V Vous pouvez brancher (quand c’est possible…) tous vos appareils électriques sur le secteur, comme en France.
Cependant… vous n’y aurez pas ou peu accès pendant votre séjour.
Pour vos appareils photos, GPS, lampes de poches, etc. prévoyez l’autonomie de vos batteries,  power Bank ou piles. Ne comptez pas sur l’allume-cigare des 4×4 . Certains lieux sont équipés en 110 V et en 220 V. Demander avant de brancher vos appareils. Il est indispensable de prévoir un adaptateur de prise électriques

Équipement

Vêtements légers de préférence : chemises, tee shirts, pantalons, short ou bermuda
Un pull ou une fourrure polaire  ou coupe vent (pour l’avion et pour les soirées fraiches en hiver)
Pour les randonnées, prenez des chaussures qui sont déjà faites à vos pieds. Sinon, rôdez-les avant le départ. Pensez à emporter une autre paire pour vous détendre.
Lunettes de soleil
2 Gourde isotherme (1 L min.)
Micropur pour traiter l’eau
Lampe de poche et/ou lampe frontale
Crème solaire haute protection
Briquet pour brûler vos détritus (à mettre dans le bagage en soute)
Couteau pliant (à mettre dans le bagage en soute)
Nécessaire de toilette (produits biodégradables de préférence)
Papier de toilette (biodégradable si possible)
Serviette de toilette à séchage rapide
Protections auditives anti-bruit
Chapeau ou casquette ou chèche couvrante sur le cou
Une bassine pliable pour la toilette
Gant de toilette
Duvet chaud pour le confort nocturne
Un quart pour boire
Lingettes
Gel hydro alcoolique

Pharmacie

Nous vous recommandons d’apporter vos médicaments personnels :Anti douleur type Paracétamol, anti diarrhéiques, traitement antibiotique à large spectre, pommade antibiotique,  pansement intestinal, crème solaire à forte protection pour les lèvres et la peau, collyre pour les yeux, crème hydratante pour le traitement des brûlures superficielles (ampoules et coups de soleil), bande élastique adhésive, pansements adhésifs et compresses désinfectantes, pastilles purifiantes pour désinfecter l’eau, répulsif anti-moustique, double peau pour les ampoules

Budget sur place

Le change s’effectue dans les banques, les bureaux de change et les hôtels et auprés de votre accompagnateur qui peut changer chez les commerçants. Il existe quelques distributeurs à Ndjaména . Tout paiement en carte de crédit est fortement taxé (env 10%). Budget à prévoir pour les pourboires, les boissons et repas non compris : 300 €

le gouffre de koboué au tchad